Pokémon, à bout de souffle ?

La série Pokémon est une des franchises les plus connues du jeu-vidéo. Faisant partie des piliers de Nintendo, la licence a su évoluer en proposant des jeux toujours plus complets et profonds à explorer. Le tout en gardant intactes les valeurs qui façonnent son univers, à savoir : collectionner, échanger et combattre. Voilà maintenant plus de 25 ans que nous retrouvons régulièrement les célèbres monstres de poche sur les consoles de Big N.
Alors que la
Nintendo Switch se vend mieux que jamais et que Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante s’apprête à devenir les remakes les plus vendus, une question hante mon esprit : comment se vendent les différents jeux Pokémon ? En plus de vingt-cinq années d’existence, ces jeux ont-il gardé un rythme de ventes soutenu ou au contraire, s’est-il essoufflé d’année en année ? Je vous propose donc une analyse, chiffres à l’appui, de la santé financière de notre chère licence.


Avant de commencer, je tiens à préciser que je ne mentionnerai pas les jeux complémentaires Pokémon sur GameBoy (de première et seconde générations), étant donné que les chiffres que l’on peut trouver sur Internet (14 millions pour Jaune et 6 millions pour Cristal) ne sont pas officiels. En effet, ce ne sont que des estimations : les seules informations communiquées par Nintendo sont les ventes de Rouge, Bleu et Vert ainsi que de Or et Argent et le cumul des ventes des jeux Pokémon sur GameBoy, à savoir, 76 millions de jeux vendus.



Une licence forte

Pour débuter, nous allons nous intéresser aux ventes de jeux des consoles où Pokémon est présent. À savoir, la Game Boy Advance, la Nintendo DS et la Nintendo 3DS.

Top ventes software GBA-DS-3DS-Switch - décembre 2021

Si Pokémon ne domine qu’une seule fois le classement avec Rubis et Saphir, retenons que tous les jeux sortis, à l’exception de Pokémon Platine et Noir 2 et Blanc 2, font partie des meilleurs ventes de leurs consoles respectives.
Les ventes de jeux DS méritent que je les commente. Pour re-contextualiser la console, cette dernière fut vendue comme une console grand public, visant les joueurs occasionnels, peu habitués à avoir une manette/console en main. Ce qui explique que nous nous retrouvons avec des jeux comme Nintendogs ou le Programme d’Entraînement Cérébral du Dr. Kawashima qui surclassent notre licence favorite.

Concernant la situation sur 3DS, Pokémon X et Y trusta la première place des ventes de jeux pendant un temps, avant que Mario Kart 7 ne retrouve sa position de leader au cours du troisième trimestre de l’année fiscale 2017-2018. Notons également la très belle performance de Pokémon Soleil et Lune qui représente tout de même 98% des ventes de celles de X et Y, quand Noir et Blanc ne se sont vendus « qu’à » 88% de celles de Diamant et Perle.

Quant à la Switch, Pokémon Épée et Bouclier se frayent un chemin pour trouver leur place juste derrière les quatre mastodontes que sont Mario Kart 8 Deluxe, Animal Crossing: New Horizons, Super Smash Bros. Ultimate et Zelda: Breath of the Wild. Une performance qui semble en deçà de celles des précédents jeux mais qui conviendra de replacer dans son contexte pour lui donner tout son sens.

Quoiqu’il en soit, Pokémon représente la licence, peu importe la console, ayant la plus grande part des jeux vendus.

Représentation des licences Nintendo sur GBA - DS - 3DS & Switch - décembre 2021

De plus, Pokémon possède des ratios de jeux vendus par console des plus honorables. Sur GBA (81 millions de consoles écoulées), 43% des joueurs ont craqué pour les monstres de poches.
Le ratio est quelque peu similaire sur DS et ses 154 millions d’acquéreurs puisque 40% de ces derniers ont touché au moins à la quatrième ou cinquième génération.
Kalos, Hoenn et/ou Alola ont particulièrement plu puisque 74% du public 3DS (soit plus de 75 millions de joueurs), a glissé une cartouche Pokémon dans sa console.

Enfin, repartir à Kanto et/ou Sinnoh et/ou voyager à Galar séduisit un joueur Switch sur deux (soit 50% de ces derniers) qu’il est possible d’estimer, à l’heure actuelle à plus de 103 millions de gamers.


Analyse des ventes

Maintenant que j’ai montré le poids de la franchise Pokémon pour les consoles Nintendo, il est temps d’analyser l’évolution des ventes de ses jeux.

Distribution des RPG Pokémon - décembre 2021

Nous pouvons distinguer quatre groupes de jeux : les jeux principaux, introduisant une nouvelle génération, les jeux complémentaires, proposant une alternative ou une suite aux jeux principaux, les remakes et Pokémon Let’s Go.


Les RPG principaux

Distribution des jeux Pokémon principaux - décembre 2021

Ces premiers sont naturellement les plus vendus étant donné qu’ils proposent le plus de nouveauté. Si en moyenne ces jeux se vendent, la plupart du temps, à 16 millions d’exemplaires, plusieurs épisodes font exception.

Pour commencer, Pokémon Rouge, Bleu et Vert, mais aussi Or et Argent, ont connu un succès sans égal jusqu’en décembre 2021 avec Pokémon Épée et Bouclier qui dépassèrent les versions de seconde génération. Sans surprise, l’énorme succès de la GameBoy (alors considérée comme vieillissante en 1996 lors de la sortie de Rouge et Vert au Japon) et l’ère de la Pokémania ont grandement contribué à leur succès. Les jeux de première génération peuvent donc se vanter d’être les jeux principaux les plus vendus de la licence quand la seconde génération se situe à la troisième place (respectivement 31,05 et 23,73 millions de jeux vendus).

Diamant et Perle ont bien entendu profité du grand succès de la console tactile, en plus de profiter de sa puissance et de ses possibilités. Éléments 3D, échanges et combats mondiaux font partie des clé du succès de la quatrième génération qui a ainsi pu dépasser les 17 millions de jeux vendus.

A l’inverse, Pokémon Noir et Blanc sont les seuls à ne pas avoir atteint le cap des 16 millions. Ces jeux ont la particularité d’avoir été développés comme des reboot. Notamment en incluant des Pokémon des quatre premières générations qu’après avoir battu la ligue. Un sacré pari pris par Game Freak qui a autant été salué que critiqué.
Autre facteur qui aurait joué un rôle : sa date de sortie. Ces épisodes ont débarqué cinq mois avant la sortie de la Nintendo 3DS au Japon.  Pire encore, nous autres, joueurs occidentaux, n’avons pu découvrir la région d’Unys que quelques jours seulement avant que la console ne soit disponible dans nos contrées. Pas évident de communiquer sur un jeu d’une console en fin de vie tout en assurant la promotion de sa remplaçante.


Records Soleil & Lune - Démo et préco

Vient ensuite le cas de Pokémon Soleil et Lune. Comme Noir et Blanc, ils représentent la seconde génération a être sortie sur leur console respective. Autre point de comparaison, Soleil et Lune sont sortis également quelques mois avant la console remplaçant la 3DS : la Nintendo Switch. Toujours est-il que la sortie imminente de la console hybride de Big N n’a en rien gêné les ventes des jeux de septième génération.

Impact de Pokémon GO sur les RPG 3DS

Boosté par le succès estival de Pokémon GO, Soleil et Lune peuvent se vanter d’avoir battu des records : le 28 octobre 2016, soit un mois avant leur sortie, ces jeux étaient déjà devenus les plus pré-commandés de l’histoire de Nintendo. Même constat concernant la démo qui devint, en dix jours, la plus jouée de toutes avec pas moins de 3,5 millions de téléchargement en une semaine. C’est donc sans surprise que 10 millions de jeux furent distribués pour le lancement. Et si aujourd’hui, leur succès commercial est quasi-similaire à celui de Pokémon X et Y, ils peuvent se vanter de l’avoir atteint en moins de temps.

Comparaison des ventes - X & Y et Soleil & Lune - septembre 2021

Enfin, il est temps d’aborder Pokémon Épée et Bouclier qui, malgré le fait d’avoir été au centre de nombreuses polémiques, eurent, eux-aussi, leurs moments de gloire commerciale. Rien que leur lancement impose le respect : ils font parti des jeux à s’être vendu le plus rapidement au lancement (soit en un week-end) avec six millions de jeux écoulés. Ils partagent ainsi le podium avec Animal Crossing : New Horizons (11 millions) et l’ex-prétendant à ce titre qu’est Super Smash Bros. Ultimate (5 millions).

Difficile de vous proposer un comparatif exhaustif avec la plupart des précédents épisodes étant donné que The Pokémon Company ne nous propose une sortie mondiale que depuis Pokémon X et Y. Histoire de comparer ce qui est comparable, je vais donc confronter Épée et Bouclier à ces derniers. En effet, le contexte de lancement de ces épisodes est extrêmement similaire : ces derniers sont sortis deux ans après leur console respective (2011 pour la 3DS et 2013 pour XY, 2017 pour la Switch et 2019 pour EB) en fin d’année (en octobre et en novembre) et ont profité de l’apparition d’un nouveau modèle de console plus accessible au grand public (la 2DS et la Switch Lite), ces dernières ayant été proposées soit en bundle avec ledit jeu, soit en édition limitée aux couleurs des légendaires de la région.

Pokémon X et Y se sont vendus à quatre millions d’exemplaires lors de leur lancement. Si je me réfère au nombre de jeux vendus sur 3DS jusqu’alors (environ 122 millions), les jeux représentaient 3,27% des ventes de jeux de la console. En appliquant le même calcul à EB, cela nous donne un petit 2,43%. C’est certes, légèrement moins, mais cela s’explique par les 246 millions de jeux Switch vendus au 30 septembre 2019, soit plus du double de ventes que sur 3DS ! Un constat similaire peut être remarqué en refaisant le calcul, une fois la période des fêtes passé puisque XY représentaient 7,6% des ventes de jeux 3DS quand EB n’atteignaient « que » 5,16%.

Comparaison des ventes - XY, SL et EB - déc. 2019

Pourtant, loin de moi l’idée de sous-estimer la performance commerciale de Épée et Bouclier puisque ces derniers, non contents de s’être déjà plus vendus que Pokémon Noir et Blanc, dépassaient déjà les scores des épisodes 3DS et ce, pour rappel, après vingt semaines de commercialisation. Mieux encore, EB les détrônaient d’ores et déjà sur leurs neuf premières semaines de ventes respectives si nous nous référons au cumul des ventes au Japon, en Amérique du Nord et en Europe. C’est donc, sans grande surprise, qu’EB ont réussi à battre le record établi par Diamant et Perle (juin 2020) puis de Or et Argent (décembre 2021), devenant ainsi les seconds jeux principaux à s’être le plus vendus. Si les jeux 3DS nous ont montré que la courbe des ventes tendait à l’horizontale à terme, l’actualisation des Pokémon disponible en raid ainsi que la sortie du pass d’extention permirent à ces épisodes Switch un second souffle significatif.

A l’heure où j’écris ces lignes (février 2022), beaucoup soulignent que le succès commercial de EB n’est pas proportionnel à son succès critique. Si l’Histoire a prouvé que ces données n’étaient pas forcément liées entre elles, force est de constater que presque un joueur Switch sur quatre (23%) a craqué pour ces jeux ! Afin de remettre cette information en perspective, les seuls jeux principaux étant plus possédés sont Rouge, Bleu et Vert (26%), suivis de X et Y (22%), Rubis et Saphir (20%) et enfin Diamant et Perle (11%).


Les jeux complémentaires

Distribution des jeux Pokémon complémentaires - décembre 2021

Les jeux dits « complémentaires » reprennent la trame des jeux principaux correspondants. Scénaristiquement, ces jeux permettent de présenter le troisième Pokémon légendaire complétant le trio des deux légendes précédemment mises en avant. Ils sont donc souvent conseillés aux joueurs n’ayant pas encore joué aux jeux de la génération en cours ou aux fans hardcore puisque les jeux complémentaires présentent bien souvent un contenu supplémentaire peu significatif pour le joueur qui aurait déjà joué au(x) jeu(x) principaux concerné(s).

Traditionnellement, ces jeux présentent donc des ventes en deça des jeux principaux. En général, elles sont à hauteur d’un peu moins de 50% de celles de ces derniers. Ainsi, les ventes de Pokémon Emeraude et Platine représentent 43% de celles de leurs modèles. Peu enclin à casser ses propres codes, Game Freak nous a cependant surpris avec Pokémon Noir 2 et Blanc 2 et Ultra Soleil et Ultra Lune. Les premiers font suite à l’intrigue de Noir et Blanc et proposent un contenu plus conséquent qu’à l’accoutumée alors que les seconds restent dans la lignée de Emeraude et Platine mais ont tout de même été déclinés en deux versions.


Ce changement a porté ses fruits puisqu’aujourd’hui, Noir 2 et Blanc 2 sont les jeux complémentaires les plus appréciés avec 54% des ventes effectuées par Noir et Blanc. Mais c’est sans compter sur la performance de Ultra Soleil et Ultra Lune. Malgré de nombreuses critiques des joueurs, ces derniers avaient dépassé le score de Noir 2 et Blanc 2 au second trimestre de l’année fiscale 2019-2020, devenant ainsi les jeux complémentaires les mieux vendus. Ce succès inattendu, et de dernière minute avant l’arrivée d’Épée et Bouclier, leur permirent de représenter 55% des ventes de Soleil et Lune.


Bien que rencontrant un succès commercial de plus en plus important, ce type de jeux fait désormais parti du passé. En effet, depuis Épée et Bouclier et le Pokémon Direct du 9 janvier 2020, les jeux complémentaires ont été remplacés par un pass d’extension. Cela permis à Game Freak de proposer du contenu inédit à Galar pour moins cher qu’un jeu complémentaire. Par ailleurs, je me demande si la rentabilité de ces jeux n’a pas joué un rôle dans leur abandon : le développement d’un jeu sur Switch devant certainement coûter bien plus que pour un titre 3DS par exemple, ce n’était, à raison, peut-être plus envisageable de développer des jeux moitié moins rentable.


Les remakes

Distribution des remakes Pokémon - décembre 2021

Il est temps de passer aux remakes. Par définition, ce genre de jeux a deux objectifs : jouer sur la fibre nostalgique des joueurs ayant connu les originaux et faire découvrir aux nouvelles générations d’anciens titres remis au goût du jour.
Jusqu’à Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante, la règle était simple : adapter les jeux d’une génération rétro aux standards de la génération actuelle, autant graphiquement qu’au niveau du gameplay. Le tout en proposant quelques nouveautés histoire de poursuivre l’enrichissement de l’univers Pokémon.
Concernant ce type de jeu, le constat saute aux yeux : les ventes sont à la hausse. Rien de très spectaculaire mais l’augmentation est bien réelle et progressive. De quoi encourager Game Freak à poursuivre le développement de ces productions.

Si Pokémon DEPS se différencie par bien des aspects de ces prédécesseurs, il ne devrait, à terme, ne faire aucun doute qu’il marquera l’histoire des remakes par un nouveau record de vente. Le fait qu’il se soit écoulé à pas moins de six millions d’exemplaires au lancement (soit autant qu’Épée et Bouclier) est une indication claire sur son succès commercial à venir.


Pokémon Let’s Go

Pokémon Let’s Go est un cas très particulier puisqu’il s’agit d’un remake de Pokémon Jaune reprenant les phases de capture de Pokémon GO. Cet étrange mélange lui valu de faire l’objet de nombreux débats dans la communauté afin de savoir comment considérer ce jeu ne ressemblant à aucun autre. Cependant, le site officiel japonais le place aux côtés des autres RPG de la licence, au même titre que les jeux principaux, complémentaires et les remakes. Let’s Go a donc parfaitement sa place dans cet article.

En sortant un tel jeu, l’objectif de Nintendo était d’attirer sur Switch, les joueurs ayant peu voire pas de lien avec les précédents jeux Pokémon, à savoir de potentiels nouveaux jeunes joueurs, et les utilisateurs de Pokémon GO. Le but étant de fidéliser un maximum de non-initiés en prévision de la sortie d’Épée et Bouclier, sortis un an plus tard.


Difficile d’analyser son chiffre de vente sans pouvoir faire de comparaison, faute d’antécédents. Néanmoins, Nintendo s’est dit satisfait de la performance de ces jeux ayant rassemblé tout de même 10 millions de joueurs à Kanto en un mois. Essayons tout de même de dresser un premier bilan des ventes de Let’s Go en le confrontant à chaque type de RPG connu à ce jour.

Comparaison des ventes - LG, SL, USUL, ROSA - décembre 2021

Bien évidemment, Pokémon Soleil et Lune sont en tête. Cependant, il est intéressant de remarquer que pendant sa première année de commercialisation, Let’s Go s’est mieux vendu que le duo de jeux 7G. Nous retrouvons ensuite les remakes de Rubis et Saphir qui, malgré un début un peu plus calme, dépasse ensuite LG. Cependant, ces derniers n’ont pas dit leur dernier mot, comme en témoigne les derniers résultats financiers de Nintendo qui place LG devant ROSA et ce, après une quasi-égalité pendant presque trois ans de commercialisation. Pokémon Ultra Soleil et Ultra Lune terminent bon dernier avec des ventes régulières dans le temps bien qu’inférieures à celles de ce dernier.


Malgré cette petite analyse, je pense qu’il est difficile de se prononcer quant à un potentiel second Let’s Go se déroulant à Johto. Avec le temps, les intérêts et la vision de Game Freak évoluent : au cours de l’ère Switch, nous avons pu constater l’abandon des jeux complémentaires, l’introduction de deux nouveaux types de jeux principaux (Let’s Go et Légendes Pokémon : Arceus) et la délégation du développement de DEPS, ces derniers étant développés par ILCA. Est-ce que Let’s Go est vu comme un jeu unique ou ayant le potentiel de devenir une série ? Si le mystère reste entier sur les intentions de Game Freak, une version de Or et Argent à la LG serait cohérente vu les nombreux indices y faisant référence dans les premiers volets.


Conclusion

En conclusion, il est clair que Pokémon présente une longévité impressionnante. Ses ventes sont, dans l’ensemble, constantes, une victoire due aux compétences de Game Freak, qui, 25 ans plus tard, est plus en forme que jamais (les 6,5 millions de Légendes Pokémon : Arceus au lancement ne démentiront pas ce fait).

Ensuite il semble qu’avoir deux générations par console sera désormais monnaie courante, ce qui n’empêche pas le studio de faire preuve de créativité (une pensée pour Légendes Pokémon : Arceus).

De plus, maintenant que les jeux complémentaires seront remplacés par des DLC, il y a fort à parier pour que la longévité des RPG principaux se renforcent significativement. Cela pourrait permettre aux générations de jeux Pokémon de durer plus longtemps, laissant Game Freak quelques mois de développement en plus pour un futur jeu.

Quant à Pokémon Let’s Go, seul le futur nous dira si The Pokémon Company désire en faire une série à part entière ou si les épisodes Pikachu et Évoli resteront à l’état de one-shot.


Enfin, n’oublions pas que le succès des jeux Pokémon et celui des consoles Nintendo est inter-dépendant, ces derniers permettant de vendre à eux tout seuls des consoles. Il suffit de constater le nombre croissant de consoles collector au fil du temps pour s’en convaincre.

Nombre de consoles collector Pokémon - septembre 2021

Je pense que Game Freak peut être fier du chemin parcouru par sa licence. Le bilan est plus que positif. Maintenant que Pokémon est désormais sur Nintendo Switch, il faudra s’attendre à de plus en plus de changements majeurs qui pourraient donner un souffle nouveau à la licence, Légendes Pokémon : Arceus en tête.
Sans compter le fait que Game Freak sera probablement encore amené à briser certains codes comme il le fait depuis quelques années. Le tout en s’assurant de rester fidèle à la série. L’abandon des jeux complémentaires au profil de DLC en est un principal exemple.
Avec huit générations et plus de 300 millions de jeux écoulés, la présence de Pokémon sur la console hybride de Big N devra, plus que jamais, être le parfait équilibre entre innovation et respect de son héritage et de ses valeurs.


 
Sources : NintendoTwitter d’Oscar Lemaire et de Serebii, Bulbapedia, ResetEra, Gamekult, NeoGAF, Gamergen et Nintendo Town

6 réflexions sur “Pokémon, à bout de souffle ?

  • 24 mai 2018 à 20 h 21 min
    Permalien

    C’est une analyse complète et c’est du bon boulot. Je pensais que Twitch Plays Pokémon aurait peut-être influencé un peu les ventes de X et Y (Février 2014). Je sais pas en fait.
    Par contre, je pense toujours que sortir un Pokémon Switch freinera les ventes auprès des plus jeunes joueurs. Vu que la Switch et les jeux sont plus chers que ceux de DS et 3DS, je pense que certains parents ne céderont pas comme ils pouvaient le faire avant. Après, peut-être que je me trompe, mais ça me fait peur.

    Répondre
    • 24 mai 2018 à 21 h 55 min
      Permalien

      Merci à toi. 🙂
      Par rapport à Pokémon, c’est clair que la situation est spéciale, mais très intéressante car sans précédent. Pokémon est la seule licence de Nintendo qui soit exclusive (pour ses jeux principaux) aux portables de la firme. Et en plus, qui vise un public spécifiquement jeune. Sans parler de l’importance cruciale de la communication entre joueurs. Puisque pour rappel, ça fait parti de ses valeurs.
      Donc actuellement c’est clair, Pokémon et la Switch, ça fait deux. Mais qui sait ce que Nintendo nous réserve. Rien qu’en partant du principe que les futurs RPG sortent en fin d’année, ça laisse le champ libre à Nintendo de revoir son offre pour s’ajuster en fonction de sa deuxième plus grosse licence.

      Répondre
  • 27 août 2018 à 15 h 07 min
    Permalien

    Super article franchement c’est vraiment bien documenté ! Je viens de découvrir ton site et je viens du coup de le mettre dans mes favoris !
    Pour répondre à Nini (Oui j’arrive clairement après la bataille :P) :
    Pokémon Let’s Go ne s’adresse pas aux jeunes joueurs particulièrement, mais aux joueurs qui ne connaissent pas Pokémon, tout âge confondu. Le but de Game Freak est d’attirer les joueurs de Pokémon Go qui ne jouent pas (ou plus) aux jeux principaux, et qui pourraient être refroidi par le gameplay spécifique des jeux principaux (table des types, statistiques des Pokémon, capacité spéciales etc… et on ne parle pas des IV/EV et de la stratégie en PvP qui sont compliqués à comprendre même pour un fan hardcore).
    Pokémon Go a eu du succès (et en a toujours quoi qu’on en dise) parce qu’il est extrêmement facile d’accès, et s’affranchi des mécaniques de gameplay pouvant paraître compliqué quand on ne connait pas la franchise.
    Et c’est là que Pokémon Let’s Go arrive ! Le jeu propose un gameplay hybride entre les jeux de la série principale (compliqués pour les casu), et Pokémon Go (super facile pour n’importe qui). Ajoute à ça le fait que Nintendo ait clairement annoncé que ce n’était pas des jeux de la série principale (qui eux sortiront fin 2019), et il est facile de comprendre que Nintendo veut amener les joueurs de Pokémon Go à acheter la Switch et Pokémon Let’s Go, pour préparer ce public casu au vrai jeu Pokémon comme on les aime 🙂

    Répondre
    • 29 août 2018 à 20 h 14 min
      Permalien

      Hey !
      Merci à toi, ça fait chaud au coeur. 🙂
      Concernant Let’s GO, je pense qu’il s’adresse principalement aux joueurs occasionnels et à ceux ayant connu la 1G (car la 1G fait vendre, ne l’oublions pas).
      Par contre, LG fait bien partie de la série principale. Game Freak l’a explicitement dit à l’annonce des jeux. Il faut les voir comme une seconde série qui n’empiète pas sur le développement des autres jeux principaux . ^^

      Répondre
  • Ping : Pokémon Épée et Bouclier : le paradoxe de la série – Aqua 'N' Game

  • Ping : Pokémon Épée et Bouclier : le paradoxe de la série | Aqua 'N' Game

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :